• Timide affirmation des femmes dans la vie parlementaire

    Malgré un taux de renouvellement des députés globalement évalué à 71,09%, la 5ème législature de l'Assemblée Nationale ne siège qu'avec neuf (09) femmes sur quatre vingt trois (83) parlementaires. Ce qui dégage un taux de représentativité des femmes au Parlement de seulement 10,84 % pour la législature du « changement » dans un pays où la population est à tendance féminine à plus de la moitié. Et pour en arriver à ce taux de représentativité des femmes au Parlement relativement amélioré par rapport à la législature précédente, il a fallu l'implication des associations et organisations non gouvernementales. Ces dernières à travers diverses campagnes d'information, d'éducation, de sensibilisation des leaders politiques et bien d'autres plaidoyers ont fait le lobbying comme elles le peuvent en faveur de la promotion de la femme dans la sphère de prise de décisions. L'apport du Programme de Gouvernance et Droits de la Personne de la DANIDA n'a pas été négligeable pour impulser de quelques points la représentativité des femmes au sein de la 5ème législature. Il n'est pas ici question d'énumérer nombre d'activités appuyer par la DANIDA dans le but de contribuer à relever la présence féminine au sein de la législature du changement. Ce n'est à la suite des diverses actions conjuguées des associations et organisations non gouvernementales partenaires de la DANIDA et de bien d'autres institutions internationales oeuvrant pour la cause féminine au Bénin qu'on a pu noter une légère amélioration du positionnement des femmes sur les listes de candidatures des partis et /ou alliances de partis politiques au cours des législatives de Mars 2007. Les résultats de ces législatives se résument pour en matière de représentation féminine comme suit : - Quatre (04) femmes élues députés pour compte des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) sur trente cinq (35) soit 11,42%. Il s'agit de Célestine Adjanohoun, Amissétou Affo Djobo, Sofiatou Shannou et Hélène Aholou Kèkè (siégeant en qualité de suppléante de François Nougbessi promu ministre) ; - Trois (03) femmes élues députés sur la liste de l'Alliance pour une Dynamique Démocratique (ADD) sur vingt (20) soit 15%. Il s'agit de Rosine Vieyra Soglo, Justine Kakpo Chodaton et Marie-Ange Leroux (siégeant en remplacement de Léhady Soglo dont elle est la supplémente) ; - Deux (02) femmes élues députés sur la liste du Parti du Renouveau Démocratique (PRD) sur dix (10) soit 20%. Les deux concernées ont noms Amoudath Ahlonsou et Ibatou Sanny Glèlè. Parmi ces femmes parlementaires de la 5ème législature, on distingue six nouvelles figures. Ces nouvelles figures qui font leur première expérience parlementaire sont Hélène Aholou Kèkè, Celestine Adjanohoun, Sofiath Shannou, Amissétou Affo Djobo, Marie-Ange Leroux et Ibatou Sanny Glèlè. Les trois autres femmes députés de la 5ème législature capitalisent chacune une somme d'expérience parlementaire à l'Assemblée Nationale. Par ordre de mérite et d'expérience, on classe Rosine Vieyra Soglo (04 législatures), Justine Kakpo Chodaton (04 législatures) et Amoudatou Ahlonsou (03 législatures). Il faut préciser que la législature du changement a innové du point de vue du positionnement des femmes dans les instances dirigeantes. Contrairement à la législature précédente où aucune femme ne figurait ni dans le bureau du Parlement ni à la tête d'une commission technique permanente de l'Assemblée Nationale, cette fois-ci, on compte une femme dans le bureau du Parlement. Il s'agit de Amissétou Affo Djobo élue Deuxième Secrétaire Parlementaire. En outre, c'est une femme qui préside présentement la commission des lois, de l'administration et des droits de l'homme. Son nom : Hélène Aholou Kèkè. Ces progrès réalisés montrent que la promotion des femmes dans les instances de prise de décision devient de plus en plus une réalité quand bien même beaucoup reste encore à faire en vue de l'émancipation des femmes au Bénin. C'est le fruit des multiples efforts entrepris méthodiquement et stratégiquement afin de rendre effectif l'approche genre au sein des instances de prise de décisions. En effet, durant la quatrième législature, six (06) femmes députés sur quatre vingt trois (83) ont siégé soit un taux de représentativité de 7, 22 %. Au nombre de celles-ci, on nomme Rosine Vieyra Soglo, Justine Kakpo Chodaton, Amoudatou Ahlonsou, Lamatou Alaza, Madeleine Atchadé et Ramatou Babamoussa (suppléante de Feu Jérôme Sacca-Kina). Parmi ces femmes parlementaires de la quatrième législature, elles étaient deux à présider des groupes parlementaires : Rosine Vieyra Soglo a présidé le groupe parlementaire dénommé « Renaissance du Bénin » et Lamatou Alaza a dirigé le groupe parlementaire appelé « Démocratie, Progrès ».

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :