• Octroie de micros crédits aux plus pauvres: Les députés réclament une commission d’enquête

    Les députés de la 5ème législature se sont réunis hier jeudi 19 décembre 2008 au palais des gouverneurs à Porto-Novo pour une séance de trois questions orales avec débats au gouvernement. C'était sous la direction du premier vice président de l'Assemblée Nationale, André Dassoundo et en présence de trois ministre du gouvernement, Zacharie Baba Body, chargé des relations avec les institutions, Barthélemy Kassa des mines et des ressources pétrolifères et Reckyath Madougou, chargée de la micro finance. Une commission d'enquête pour vérifier la gestion qui a été faite des fonds alloués aux micros crédits ainsi que comment lesdits crédits ont été accordé aux bénéficiaires. C'est l'essentiel de ce qu'on peut retenir de la séance de question au gouvernement qui s'est tenue hier jeudi 19 décembre 2008 dans l'hémicycle du palais des gouverneurs à Porto-Novo. En effet, les députés ont invité le gouvernement Boni Yayi à répondre à trois questions orales avec débats. Ils s'agit de la question du député Désiré Vodonou et neuf autres de ses collègues relatives à la maîtrise de l'eau par la construction des forages artésiens dans certaines localités du Bénin, la question du député Zéphirin Kindjanhoundé et treize autres députés et relative à la politique du gouvernement en matière d'accès des populations à l'eau potable et enfin la question du député Judes Bonaventure Lodjou et dix autres de ses collègues relative au montant réel mis à la disposition du programme de micro finance aux plus pauvres et sa gestion. Si pour les deux premières questions relatives à l'accès de l'eau des populations, les réponses fournies par le ministre Barthélemy Kassa ainsi que les débats ont été plus ou moins animés, Ils l'ont été plus encore, en ce qui concerne la question relative au micro finances. Pour les députés FCBE, l'initiative des micros crédits aux plus pauvre est une belle initiative à encourager ; ils ont donc félicité le gouvernement pour cela et demande à l'ensemble du parlement de soutenir le gouvernement dans cette démarche. Les députés des groupes G4, G13 et force clé part contre, ont eu la dent dur contre le gouvernement surtout par rapport à la façon dont le programme de micro crédit est conduit. Les élus de la nation dans leur grande majorité ont réclamé une commission d'enquête pour faire la lumière sur les tenants et les aboutissants dudit programme. Pour le député Edmond Zinsou, le programme de micro crédit sent la prison, car explique t-il, il faut être FCBE pour distribuer ou pour bénéficier desdits crédits. Donnant l'exemple de sa commune, Adjarra, il a déclaré que c'est les personnes déjà riches et membres du groupe politique FCBE qui en ont bénéficiées. Mieux, ces micros crédits ont été accordés à la veille des dernières élections communales et municipales sans aucun autre critère que de donner son nom sur des feuilles de papier. Il sera soutenu par son collègue Timothée Gbèdiga qui a déclaré comprendre pourquoi les gens ne veulent pas qu'on installe la haute cour de justice, car dit-il, ils craignent de comparaître devant la justice. Somme toute, il ressort de ces débats que dans les tous prochains jours une commission temporaire d'enquête parlementaire sera mise sur pieds par l'Assemblée Nationale par rapport au programme de micro crédits au plus pauvres. Des soucis donc pour l'ancien ministre Sakinatou Orou Sidi.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :