• MOTION DE DENONCIATION DU HARCELEMENT DU PRESIDENT YAYI CONTRE LES RESPONSABLES SYNDICAUX ET D’ORGANISATIONS DE MASSE

    MOTION DE DENONCIATION DU HARCELEMENT DU PRESIDENT YAYI CONTRE LES RESPONSABLES SYNDICAUX ET D’ORGANISATIONS DE MASSE

     

    -Considérant les exigences pressantes des travailleurs et des peuples formulées en termes clairs à travers leurs cahiers de doléances, Dossier du 14 septembre 2006 et 14 thèses en matière constitutionnelle, plates-formes revendicatives, etc. ;

    -Considérant les revendications issues de la concertation des centrales syndicales et de la Fesyntra-finances sur l’initiative de la CSTB qui sont : l’arrêt des attaques contre les acquis des travailleurs et des peuples, l’arrêt des privatisations des sociétés d’Etat (BENIN TELECOM SA, PORT AUTONOME, SBEE, SONAPRA, SONACOP…), l’arrêt des nouveaux programmes d’études (NPE), l’élection et la révocabilité des DG et autres dirigeants de sociétés d’Etat, la publication des contrats d’Etat à l’attention du peuple, etc.

    -Considérant qu’à la suite de la marche des travailleurs, des jeunes, des femmes et des populations de Cotonou et environs contre le pillage et les magouilles dans l’affaire CEN-SAD, le Chef de l’Etat a ouvertement annoncé que des représailles s’en suivraient, ce qui s’est concrétisé avec le diktat à l’IGE d’aller contrôler la gestion des fonds alloués aux centrales syndicales pour leur fonctionnement, alors qu’aucun cahier de charges n’avait été préalablement établi et exigé des bénéficiaires ;

    -Considérant la dénonciation par la CSTB et son Secrétaire Général Gaston AZOUA du harcèlement de Boni YAYI contre les syndicats et le rejet du contrôle de l’IGE dans ces conditions tel que cela ressort de la Déclaration du 12 août 2009 ;

    -Considérant qu’au lieu de répondre favorablement aux exigences populaires indiquées plus haut, le Président YAYI ouvre une nouvelle campagne de calomnies contre les travailleurs et les masses avec la mise en scelle de profiteurs et zélateurs de la tyrannie tels Amos Elègbè, Guillaume Attigbé (bien connu comme saboteur des luttes syndicales), Adrien Ahanhanzo-Glèlè, Timothé Adanlin et consorts et plus grave, il s’attaque à l’autonomie organisationnelle des syndicats en les harcelant en vue de les museler,

    -Considérant que ce faisant YAYI Boni confirme une fois de plus sa vieille pratique de tyran où on l’a vu envoyer Andoche Amègnissè en prison pour délit d’opinion, citer directement le Président du Comité Général de lutte de la Douane, Antonin Sékédé, en justice le 20 mars 2008 pour offense au Chef de l’Etat à propos de la dénonciation des sous de l’escorte non budgétisés jusqu’alors et de la question des 13 milliards de Bolloré pendant que jusque-là il se tait sur l’exigence de l’arrêt de l’impunité des tortionnaires et des pilleurs avec leur jugement et l’indemnisation des victimes de la répression, sur la traduction de Gero Amoussouga devant les tribunaux, etc. ;

    Les participants à la marche du 18 août 2009 :

    -Exigent l’arrêt du harcèlement des Centrales syndicales et du contrôle fasciste de l’IGE

    -Soutiennent les luttes des travailleurs et des masses ainsi que le rejet par le SG/CSTB Gaston Azoua de tout contrôle fasciste,

    -Dénoncent le silence complice et coupable du Chef de l’Etat sur l’impunité des criminels politiques et économiques,

    -Exigent le jugement immédiat des tortionnaires et des pilleurs nouveaux comme anciens,

    -Exigent la satisfaction des revendications pressantes des travailleurs et des masses ainsi qu’elles ressortent de cette motion.

    Halte à la tyrannie et aux harcèlements des syndicats et autres organisations démocratiques de masses.

     

    Cotonou, le 18 août 2009

    Les participants

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :