• Mémorandum du Syndicat national des Professionnels des Médias du Bénin (SYNAPROMEB) adressé à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication

    Créé le 3 août 2007, le Syndicat national des Professionnels des Médias du Bénin (SYNAPROMEB) est résolument engagé dans la lutte pour la liberté de presse et l'amélioration des conditions de vie et de travail des professionnels des médias de notre pays. Dans ce sens, il a mené diverses activités depuis sa création. Le mercredi 19 décembre 2007, le président Ali ZATO, en compagnie de plusieurs de ses collaborateurs, a échangé avec une délégation du Syndicat qui a été reçue en audience. A l'occasion, les responsables de la HAAC ont indiqué avoir compris le sens du combat du SYNAPROMEB qu'ils ont félicité et encouragé au passage, espérant que le syndicat se battra aux côtés de la HAAC pour l'atteinte de ses objectifs. Mais avant, la HAAC a fait l'honneur au Syndicat de lui envoyer, le 02 novembre 2007, un de ses directeurs, pour la représenter à l'ouverture de sa première Assemblée Générale extraordinaire. Par ailleurs, le SYNAPROMEB a été associé aux obsèques du vice-président Clément HOUENONTIN. Mais force est de constater que depuis lors, et sur plusieurs activités essentielles initiées par la HAAC, le SYNAPROMEB a été tenu à l'écart. Pis, à l'occasion du remplacement de feu Clément HOUENONTIN, le SYNAPROMEB n'a pas été associé au processus, malgré notre démarche à l'endroit de la HAAC dont le président a reçu en audience une délégation du syndicat. Cependant, à l'issue de l'entretien, le président avait chargé le conseiller Gédéon DASSOUNDO de prendre contact avec les responsables des différentes associations pour mieux comprendre la situation actuelle issue de l'Assemblée Générale de l'UPMB tenue le 20 juillet 2007. A ce propos, le SYNAPROMEB avait dénoncé la manœuvre ainsi que la façon dont le processus a été conduit. Par le présent mémorandum, il nous plaît de rappeler à la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication que si de juin 2004 à juillet 2007, le paysage associatif du monde des médias a été marqué par l'existence de la seule UPMB pour ce qui concerne les employés des médias, suite aux Etats généraux de la presse béninoise, c'est précisément en raison de la volonté des professionnels des médias et non pas par le fait d'une loi. Et si on reproche aux professionnels des médias de s'être organisés en syndicat, ou d'avoir « fait voler en éclat l'idéal prôné par les Etats généraux de la presse béninoise », il nous semble qu'il faudrait plutôt demander au fameux Comité de suivi mis en place, et qui bénéficie de subventions issue de l'aide de l'Etat à la presse privée, comment il a géré les suites de l'Assemblée Générale citée supra. Au regard de ses attributions (et nous rappelons qu'il est chargé du suivi des chantiers des Etats généraux de la presse), le Comité aurait donc dû se pencher sur le dossier. Rien n'y fit. Mais là n'est plus le débat. En effet, c'est pour que la marginalisation du SYNAPROMEB et de ses nombreux militants ne se poursuive pas que nous faisons la présente démarche. Et dans ce cadre, nous voudrions rappeler respectueusement à la HAAC que la loi 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin dispose en son article 24 que « La liberté de la presse est reconnue et garantie par l'Etat. Elle est protégée par la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication dans les conditions fixées par la loi ». De même, l'article suivant de la même loi stipule, quant à lui, que « l'Etat reconnaît et garantit, dans les conditions fixées par la loi, la liberté d'aller et de venir, la liberté d'association, de réunion, de cortège et de manifestation ». Or, en choisissant de travailler spécifiquement avec quelques associations seulement, à l'exclusion d'autres, la HAAC s'illustre dans un parti pris manifeste dommageable à l'évolution de la corporation. Le dernier exemple en date est celui relatif à la procédure de délivrance de la carte de presse. A ce propos, dans le « Communiqué de la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication » N° 033-08/HAAC/PT/CCP/SG/SA daté du 28 août 2008, il est indiqué au point II relatif à la « Procédure pour la délivrance de la carte » que : « Les professionnels des médias désireux de postuler à une carte de presse doivent introduire un dossier en trois exemplaires auprès de la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication, soit par l'UPMB (Union des Professionnels des Médias du Bénin), soit directement ; mais dans ce cas, ils doivent recevoir le parrainage de trois (03) professionnels des médias titulaires de la carte de presse et ayant au moins dix (10) années de pratique professionnelle continue. Les parrains et le/la requérant(e) doivent être du même corps du métier. » Or, depuis le mois d'août 2007, pas moins de trois autres organisations, notamment des syndicats, ont vu le jour, donnant du coup un nouveau visage au paysage associatif du monde des médias. Il s'agit du Syndicat national des Professionnels des Médias du Bénin (SYNAPROMEB), du Syndicat des travailleurs des médias (SYNTRA-Médias) et du Syndicat des Professionnels de la Presse privée du Bénin (SYNPROP-Bénin). C'est dire qu'en spécifiant que les professionnels des médias devraient faire transmettre leurs dossiers par l'UPMB au lieu de les renvoyer vers leurs associations respectives, la HAAC leur impose de fait d'appartenir à cette organisation, ce qui s'assimile sinon à un parti pris, du moins à un clientélisme évident. Et dans un cas comme dans l'autre, il conviendrait de retenir que la HAAC aura ainsi foulé aux pieds le principe de la liberté d'association édicté par l'article 25 de la Constitution, de même que celui de l'égalité des citoyens devant la loi. C'est pour discuter de tout cela ainsi que d'autres problèmes portant notamment sur les doléances des confrères qui ont suivi la dernière session de formation, doléances formulées à l'endroit du SYNAPROMEB lors de sa descente sur le site de formation de l'Agence Proximités le 11 septembre 2008, que nous avons adressé au président de la HAAC, une demande d'audience datée du 17 septembre mais restée sans suite jusqu'au moment où nous vous transmettons le présent mémorandum. En tout état de cause, le SYNAPROMEB, qui espérait déjà dans sa première lettre à la HAAC et datée du 31 août 2007 portant « Naissance de notre syndicat et demande d'audience », que « toutes les conséquences de droit seront tirées de cette situation nouvelle », vous informe qu'il se voit désormais dans l'obligation de se comporter véritablement en syndicat vis-à-vis de la HAAC et, donc, d'user de tous les moyens qu'il jugera utile pour se faire entendre. En attendant et puisqu'aucune loi n'interdit aux professionnels des médias de se rassembler dans le creuset qui leur semble le mieux à même de défendre leurs intérêts, le SYNAPROMEB vous prie de lui accorder toute la place qui est la sienne, de l'associer au même titre que d'autres associations, à toutes les activités et commissions techniques et/ou permanentes de la HAAC où la présence ou la représentation des associations professionnelles est nécessaire. Faute de faire, faut-il le faire remarquer, la HAAC se rendrait coupable de violation flagrante de la Constitution. Ce que le SYNAPROMEB ne manquera pas de faire condamner par les instances compétentes de notre pays.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :