• Affaire Padme: Me Hounkanrin dénonce l’acharnement contre l’équipe de Azokli

    L'avocat- conseil de l'Association Padme était face à la presse hier au Chant d'Oiseau. Occasion pour Me Hounkanrin de dénoncer avec la dernière rigueur l'acharnement du gouvernement contre l'équipe de René Azokli dans ce dossier et de faire des propositions de sortie de crise. «Le lit de l'affaire Padme n'est rien d'autre que la haine et la jalousie. L'oreiller, c'est le règlement de compte. L'acharnement contre les responsables du Padme n'est qu'une question de règlement de compte». Tels sont les propos tenus par Me Hounkanrin à l'entame de sa conférence de presse. Selon l'homme de droit et avocat de Padme le gouvernement s'acharne inutilement contre les responsables légitimes de Padme notamment l'équipe de Azokli. D'après ses explications, l'Association Padme est une Ong. «Le gouvernement est dans l'erreur de droit ». Pour lui Padme a le privilège d'être reconnu par le gouvernement mais n'est pas la propriété du gouvernement. Une institution, a-t-il dit, qui n'appartient pas ne saurait se mettre sous la coupe du gouvernement. «Le gouvernement a une compréhension erronée du statut juridique de Padme qui est une structure autonome». Selon me Hounkanrin le gouvernement n'est pas le seul qui injecte de l'argent ou avec qui Padme a signé des conventions. Il y a beaucoup de structures au plan international avec qui Padme travaille. En aucun cas ces partenaires ne pourraient venir revendiquer la paternité de Padme comme le fait le gouvernement. «Le gouvernement a le droit d'opérer un contrôle et de recommander des sanctions. Mais le gouvernement ne peut pas prendre une décision ou un acte pour révoquer ou suspendre les responsables de Padme. Le Padme a des organes pour jouer ce rôle. L'avocat a laisser entendre que le directeur général de Padme René Azokli demande un débat public télévisé sur l'Ortb entre lui et les inspecteurs enquêteurs afin de tirer au clair se dossier et pour que l'opinion publique nationale et internationale puissent comprendre l'acharnement dont sont victimes les responsables de l'institution et le personnel en général. «il n'est pas question qu'on m'assassine professionnellement », a confié René Azokli à son avocat car il estime qu'il est encore jeune pour servir à d'autres fonctions et savait d'ailleurs qu'il ne finirait jamais sa carrière au Padme. A cette demande, s'ajoute la sortie de cachette du sieur Ernest Adjogounla qui ne figure pas dans les livres des clients de Padme comme il le prétend et qui serait à la base de la cabale contre Azokli et toute son équipe. Christophe D. ASSOGBA

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :